Se connecter | Réservé aux membres →

Informations

Achats en bijouterie – Spécial du temps des Fêtes

Le temps froid rappelle que les festivités du temps des Fêtes et de Noël approchent à grand pas. Les suggestions de cadeaux abondent. La question se pose : Que mettre sous le sapin ? Il est parfois difficile de trouver ce petit quelque chose qui fera plaisir aux êtres chers. Monsieur ne cherchez plus, offrez le bijou, la breloque, le bracelet, l’ensemble chaîne et boucles d’oreille, la bague ou encore la chevillière qui fera plaisir à offrir et à recevoir. Madame n’hésitez plus, offrez la montre, les boutons de manchettes ou la bague qui fait rêver Monsieur. Mieux, offrez vous à vous-même la petite gâterie tant convoitée.

Faites affaires avec le bijoutier du quartier membre de la CBQ

Ainsi, effectuer vos emplettes n’aura jamais été aussi agréable et efficace. Rien de mieux qu’un bijou de chez nous avant tout ! Encourageons nos créateurs québécois. Les bijouteries demeurent un excellent choix où magasiner le bijou idéal. Vous offrez longévité et beauté tout à la fois. Des créations durables pour des générations à venir. Commencez tôt dans la saison pour profiter d’un plus grand choix ! Avant de gâter vos proches, recherchez le logo de la Corporation avec son diamant vert collé dans les vitrines des bijouteries. Ce symbole affiché dans toutes les bijouteries membres de la CBQ est un gage de qualité et de probité car en effet, nos membres sont tenus à un Code d’éthique rigoureux. Cliquez sur ce lien : cbq.qc.ca/membres/nos-bijouteries pour trouver la bijouterie située le plus près de chez vous. Nos bijoutiers anticipent avec plaisir votre visite !

ATTENTION AUX BIJOUTERIES À ESCOMPTE

escomptes
Depuis quelques années, vous avez sûrement remarqué des bijouteries, souvent dans des centres d’achat, qui affichent à l’année longue des escomptes de 60 % à 80 %. Vous verrez que c’est surtout sur les bijoux et rarement les montres, dont les prix de détail suggérés sont faciles à comparer.

Est-ce légal ?

OUI. À la condition que, selon la loi, l’escompte soit appliquée sur le prix de détail régulier qui doit être affiché au moins 3 mois AVANT la promotion. Si ce n’est pas le cas, c’est simplement de la fraude et vous pouvez porter plainte à l’Office de la Protection du Consommateur qui fera enquête.

Comment font ces bijouteries pour offrir de tels escomptes à l’année longue… et réussir à faire un profit ?

Question bien légitime n’est-ce pas ?
Voici l’astuce… Ne regardez pas  l’escompte affiché ( 50 %, 60 %, 70 %, 80 % ) mais vérifiez SURTOUT le prix de détail régulier (obligatoirement indiqué sur le bijou ou son présentoir). Jamais cette bijouterie ne vend à ce prix qui est gonflé en permanence… et personne ne le remarque !

À titre d’exemple :

Pour la même bague (mêmes caractéristiques et mêmes spécifications)
Offerte à 1 000 $ dans une bijouterie sérieuse, l’escompteur  pourrait afficher un prix régulier de 5 000 $  5 fois le prix !
Pour ensuite l’escompter à  60 %. Soit 2 000 $  le double !

Vous pensez avoir un bijou de 5 000 $ pour seulement 2 000 $ alors qu’il n’en vaut que 1 000 $. Vous l’aurez payé le double !

La plupart des consommateurs ne s’en rendent compte qu’au moment de faire assurer leur achat ou lors d’une visite dans une autre bijouterie. Et ils ont peu ou pas de recours.

Soyez sur vos gardes et comparez !

Notez les caractéristiques du bijou, le prix de détail, le prix escompté et prenez une photo si c’est possible.

Allez voir un second bijoutier pour comparer !
Pour le consommateur moyen, il est difficile de bien évaluer et de comparer la qualité des bijoux et les procédés de fabrication. Par conséquent, il est essentiel que le lien de confiance entre le vendeur et le client soit basé sur le respect et la bonne foi.

©Les Bijoutiers Gemme (2011)

Dépliants

achat-d-un-bijou assurance-bijoux la-montre les-perles pierres-precieuses remodelage

La fièvre des encans

Malheureusement ce type de commerce présente de nombreux pièges pour les acheteurs, surtout ceux qui pensaient faire des économies.

Comment vendre son or?

Entrevue de Gérard Fillion – RDI
avec André Marchand, ancien président de la CBQ