Login | For members →

Informations

Fraude, escompte ou aubaine ?

Journal de Montréal – Des bijouteries, souvent dans des centres d’achat, affichent à l’année longue des escomptes de 60% à 80%…

Les escomptes sur les prix de vente de bijoux

Vous avez sûrement remarqué que certaines bijouteries affichent à longueur d’année des escomptes de 60 %, voire même 80 %, sur leurs prix de vente. Vous constatez que ces rabais concernent surtout les bijoux et très rarement les montres, dont les prix de détail suggérés sont faciles à comparer.

Est-ce légal d’offrir de tels escomptes?

OUI, à la condition toutefois que l’escompte soit appliqué sur le prix de détail régulier qui, incidemment, doit être affiché au moins trois mois AVANT la promotion. Si le commerçant omet de l’afficher, il s’expose à des sanctions car il peut alors être accusé de pratiques frauduleuses. D’ailleurs, si le prix de détail régulier n’est pas affiché sur le bijou ou son présentoir tel qu’il est stipulé dans la loi, vous pouvez porter plainte à l’Office de la protection du consommateur qui fera enquête.

Un exemple éloquent

Comment font ces bijouteries pour offrir de tels escomptes à longueur d’année et réussir à dégager un profit? La question est fort légitime. Voici l’astuce… L’escompte affiché est appliqué sur un prix de vente gonflé en permanence! Jamais cette bijouterie vendrait le bijou à ce prix de détail! Un exemple illustre bien ce type de fraude : Pour la même bague, présentant les mêmes caractéristiques et offerte au prix de 1 000 $ dans une bijouterie sérieuse Le commerçant fraudeur peut afficher un prix de vente régulier de 5 000 $, c’est-à- dire cinq fois la valeur réelle, pour ensuite calculer un escompte de 60% et afficher à un prix de vente de 2 000 $. Bref, vous croyez avoir un bijou de 5 000 $ pour seulement 2 000 $, alors qu’il n’en vaut que 1 000 $! Vous l’aurez payé le double du prix réel! Et comme la plupart des consommateurs, vous ne vous en rendrez compte qu’au moment de faire assurer votre achat.

Soyez sur vos gardes !

Il est difficile, pour le consommateur moyen, de bien évaluer la qualité des bijoux et des procédés de fabrication. Que faire alors? Notez les caractéristiques, le prix de détail et le prix escompté du bijou. Si possible, prenez une photo de l’article et consultez un autre bijoutier. Sachez que les membres de la Corporation des Bijoutiers du Québec n’adhèrent pas à ces pratiques douteuses. Il serait judicieux de cherchez le logo de la CBQ dans la bijouterie que vous aurez choisie. Vous pouvez alors faire vos achats en toute quiétude et profiter d’un lien de confiance entre vendeur et client qui repose sur le respect et la bonne foi.

Dépliants

La fièvre des encans

Malheureusement ce type de commerce présente de nombreux pièges pour les acheteurs, surtout ceux qui pensaient faire des économies.

Comment vendre son or?

Entrevue de Gérard Fillion – RDI
avec André Marchand, président de la CBQ

Vendre ses bijoux en or par la poste.

Légitime dépense – RDI